Appel à communication, Iconographie et numérique en histoire de l’art médiéval : nouveaux outils de la recherche et de l’analyse

Jeudi 12 décembre 2024, Université de Lille-IRHiS

Date limite de proposition : 30 septembre 2024

Adresse d’envoi : mathieu.beaud@univ-lille.fr ; bertrand.cosnet@univ-lille.fr

Après trois décennies de campagnes successives de numérisations des collections menées par les grandes bibliothèques et institutions muséales, trois décennies qui furent aussi consacrées à la construction de banques iconographiques informatisées et à l’optimisation de leur mise à disposition des utilisateurs, une réflexion collective de la part des chercheurs spécialisés dans les analyses iconographiques et, plus largement, dans celles des œuvres médiévales, apparaît indispensable afin de définir un regard méthodologique sur les nouveaux enjeux que chacune et chacun devine sans avoir eu le temps de les formaliser. L’ampleur du champ de réflexion mérite la programmation d’un cycle de manifestations scientifiques en plusieurs temps. Deux journées d’études à l’automne 2024 et au printemps 2025 permettront de dresser un état des lieux des travaux en cours, en France et à l’étranger, et de dégager les principales problématiques et notions méthodologiques inhérentes aux études iconographiques actuelles. La journée 1 sera consacrée aux Nouveaux outils de la recherche et de l’analyse et la journée 2 aux Transformations épistémologiques et méthodologiques. Un colloque international, au printemps 2026, viendra conclure le cycle de travaux et aboutira à la publication d’un ouvrage collectif valorisant les réflexions conduites durant ces deux années.
Continuer la lecture de Appel à communication, Iconographie et numérique en histoire de l’art médiéval : nouveaux outils de la recherche et de l’analyse

Colloque international : Experiences of Antiquity in Medieval Art

Dates : du 4 au 6 octobre 2024

Lieu : Aguilar de Campoo (Palencia, Espagne)

Programme

La renaissance de l’Antiquité classique définit ce que l’on appelle “Moyen Âge” et a été étudiée avant même que Ghiberti écrive ses Commentarii. Ars mediaevalis 2024 cherche à ouvrir de nouvelles perspectives sur le sujet, en s’intéressant aux expériences médiévales des traditions artistiques antiques, c’est-à-dire aux différentes façons dont les artisans et autres spécialistes percevaient le passé et incorporaient leurs interprétations dans la production de nouvelles œuvres. Rassemblé le  4, 5 et 6 octobre 2024, ce colloque envisage, entre autres, comment les changements d’échelle et de support influaient l’imitation de motifs et de techniques antiques ; comment, par la manipulation des spolia et leur recontextualisation, l’évocation du passé était mise au service de nouvelles préoccupations ; comment des ambitions politiques utilisaient des références classiques à leur propre fin ; comment enfin la pratique artistique elle-même et les écrits sur l’Antiquité se nourrissaient de fantasmes sur le passé.

Continuer la lecture de Colloque international : Experiences of Antiquity in Medieval Art

Quinzièmes rencontres GRIM-IMAGO

13 juin 2024

Paris, INHA (2 rue Vivienne, 75002 Paris), salle Demargne

Animal, animalité, bestialité dans les images médiévales

PROGRAMME

10h Introduction

10h15 – Pierre-Olivier Dittmar, L’animal comme image dans l’Occident médiéval 

11h00 – Raphaël Demès, Phénix ou harpie ? Le cas d’un oiseau à tête humaine sur le linceul du comte de Castille, Sancho García (965-1017)

11h30 – pause

11h45 – Kshanti Gamage, La crosse serpentiforme en émail de l’œuvre de Limoges (1190-1230) : représentation et performance

12h15 – Angélique Ferrand, Voir autrement le Cancer de Sant Pere de Sorpe (XIIe siècle) : d’une vermine anthropocéphale aux souffrances de Job

Continuer la lecture de Quinzièmes rencontres GRIM-IMAGO

La didactique de l’image : Revoir Van Eyck. La Vierge du chancelier Rolin

La récente restauration de ce chef-d’œuvre du département des Peintures du musée du Louvre a donné lieu à une très belle exposition-dossier qui est le fruit d’un travail de plusieurs années mené et dirigé par Sophie Caron (conservatrice au département des Peintures). Cette huile sur chêne, réalisée par le maître probablement dans les années 1430 pour Nicolas Rolin, chancelier du duc Bourgogne, trônera ces trois prochains mois au centre de la salle de la Chapelle du musée du Louvre. Si l’œuvre brille aujourd’hui par son éclat retrouvé, elle s’illumine également à la faveur d’un parcours d’exposition savamment élaboré qui nous invite à la re-voir sous une multitude d’angles différents.

Car en effet, cette exposition est aussi l’expérience d’une méditation par l(es)’ image(s) sur un motif plus complexe qu’il n’y paraît. Que représente cette œuvre en réalité ? Quel en a été son usage, pourquoi avoir choisi de faire figurer le chancelier à la même échelle que la Vierge à l’Enfant, quel rôle joue le paysage dans cette composition, qui sont ces deux personnages qui nous tournent le dos à l’arrière-plan – le peintre s’est-il lui-même représenté au travers de l’homme au turban rouge ? De nombreux éléments de réponses se trouvent peut-être dans le dialogue qui s’aménage entre le panneau de Van Eyck et les nombreuses œuvres exposées tout autour. Continuer la lecture de La didactique de l’image : Revoir Van Eyck. La Vierge du chancelier Rolin

Les Master Class du CESCM #3

12 avril 2024

Lointain Moyen Âge : étudier l’art des VIe-IXe siècles

Le CESCM lance ses Master Class, à travers des sessions d’une journée ou deux journées où une chercheuse ou un chercheur partage à la fois son expérience et sa maîtrise d’un objet de recherche ou d’une pratique, et propose aux participants un véritable dialogue sur le sujet au programme. La particularité d’une Master Class est qu’elle repose sur une spécialisation sur une thématique donnée et une complète immersion dans le sujet. Formation intensive à la recherche par la recherche, ces journées de Master Class offrent aux jeunes chercheurs (en doctorat) et aux étudiant.es en Master un temps propice à l’échange, à la circulation des idées et à la construction de la pensée.

Anne-Orange Poilpré, professeure d’histoire de l’art médiéval à l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne propose une master class consacré à la culture visuelle et à l’image médiévale du haut Moyen Âge.

 Date : 12 avril 2024, 10h-17h

Lieu : CESCM (salle Crozet) – Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne – POITIERS

Ouverts aux doctorant.es et étudiant.es de Master, spécialisé.es dans les études médiévales.

Continuer la lecture de Les Master Class du CESCM #3

Colloque international : l’art roman au XXIe siècle

 

Colloque international organisé par Cécile Voyer, Professeure d’histoire de l’art médiéval, Éric Palazzo, Professeur d’histoire de l’art médiéval et Marcello Angheben, Maître de conférences HDR en histoire de l’art médiéval / Sous la Présidence d’honneur de Marie-Thérèse Camus, Professeure honoraire d’histoire de l’art médiéval, CESCM, Université de Poitiers

Dates : 28 au 31 mai 2024

Lieux : UFR SHA, bâtiment III, Amphithéâtre Descartes

Entrée libre sur inscription et dans la limite des places disponibles.

Inscription avant le 24 mai 2024 : secretariat.cescm@univ-poitiers.fr ou au 05.49.45.45.67

Continuer la lecture de Colloque international : l’art roman au XXIe siècle

Jean-Claude Schmitt, Les images médiévales. La figure et le corps (compte-rendu)

Constituée d’une compilation de neuf articles publiés entre 2006 et 2023, la composition du dernier ouvrage de Jean-Claude Schmitt peut sembler a priori proposer un véritable défi quant à l’homogénéité du propos de l’auteur. Le lecteur n’échappera pas en effet aux écueils d’une telle configuration que sont les redites et les transitions parfois abruptes d’un chapitre à l’autre, d’autant que l’étude de Jean-Claude Schmitt dépasse largement le seul cadre du Moyen Âge. De plus, bien que majorité des articles concernés datent des toutes dernières années, on peut imaginer que la pensée de l’auteur ait pu changer durant les deux dernières décennies. La confrontation du texte estompe néanmoins les circonspections préliminaires et l’articulation des chapitres s’enchaîne somme toute assez bien. L’auteur semble avoir opté pour une distribution alternative entre des passages plutôt méthodologiques, qui mettent l’accent sur le concepts (chap. 1 ; 2 ; 4 ; 6), et des moments de mise en exergue autour de différentes études de cas (chap. 3 ; 5 ; 7 ; 8 ; 9). Cette configuration didactique emmène ainsi le lecteur dans un mouvement de va-et-vient permanent autour de quelques grands principes, abordés à chaque fois sous un angle légèrement différent comme si on cherchait à leur donner corps, qui emporte finalement la conviction.  
Continuer la lecture de Jean-Claude Schmitt, Les images médiévales. La figure et le corps (compte-rendu)

Soutenance de thèse de Cécile Maruéjouls (24 novembre 2023)

Le vendredi 24 novembre 2023, Cécile Maruéjouls a soutenu sa thèse de doctorat en Histoire de l’Art intitulée « Entre la Terre et le Ciel. La figure de Marie l’Égyptienne dans tous ses états en Occident (XIIe-XVIe siècle) » au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers. Réalisé sous la direction de Cécile Voyer (professeure des universités, CESCM/Université de Poitiers), ce travail a été présenté devant un jury composé de Damien Boquet (professeur des universités, TELEMMe/Université d’Aix-Marseille), Quitterie Cazes (professeure des universités, FRAMESPA/Université Toulouse Jean Jaurès, rapporteur), Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS, CRH-EHESS/CNRS, président du jury, rapporteur), Jean-Marie Fritz (professeur des universités, CPTC/Université de Bourgogne), Didier Lett (professeur des universités, ICT/Université Paris Diderot) et Isabelle Marchesin (conservatrice de musée, habilitée à diriger les recherches).

BL, Royal 10 E IV, Raymund de Peñafort avec glose de Bernard de Parme, Calendarium, Décrétales de Grégoire IX avec glossa ordinaria dites les Décrétales de Smithfield, Toulouse (copiste), Londres (enlumineur), 4ème quart du XIIIe – 1er quart du XIVe s., f. 284 (détail). Le miracle de la lévitation, Zosime se prosternant devant Marie l’Égyptienne au désert © Bl.uk/manuscripts / BL

 

Résumé de la thèse : Entre la Terre et le Ciel. La figure de Marie l’Égyptienne dans tous ses états en Occident (XIIe – XVIe siècle)

Le corps est histoire. C’est la source et la ressource d’une histoire vivante qui se donne à voir en images. La complexité du corps est visible dans les images médiévales où il est omniprésent. Les multiples modalités de sa représentation montrent à quel point ses expressions visuelles sont variées. À plus d’un titre, la figure de Marie l’Égyptienne est un exemple saisissant de la réflexion intense qui a été menée par les concepteurs d’images, au cours du second Moyen Âge, pour montrer le corps dans tous ses états. Vêtu ou dévêtu, décharné ou charnu, couvert de poils ou de cheveux, son corps est d’une grande plasticité. La plasticité corporelle de Marie l’Égyptienne dans les images est manifeste de sa vie, en mouvement vers le divin. Ce mouvement est celui d’une conversion admirable qui est au principe de la Vita et de ses réécritures vernaculaires : la femme pécheresse retourne auprès de Dieu en tant que sainte femme après avoir accompli sa pénitence. Ainsi, la mise en résonnance de l’écrit et du visuel apparaît fondamentale, non seulement pour redécouvrir la légende médiévale de la sainte, mais également pour mieux appréhender les ressorts de la créativité médiévale. Grâce à la Vie de Marie l’Égyptienne et sa mise en images, la thèse propose d’explorer les tenants et les aboutissants de la quête humaine de Dieu à partir de la pensée figurative, profondément réticulaire et arborescente des concepteurs d’images.

Animal, animalité, bestialité dans les images médiévales

Quinzièmes rencontres GRIM-IMAGO

13 juin 2024, Paris, INHA

Appel à communication

 

Les communications durent 20 mn. Elles sont dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

Animal, animalité, bestialité dans les images médiévales

 

Déclinant la formule désormais célèbre du linguistic turn, l’anthropologue Sarah Franklin proposait en 2003 celle d’animal turn. Elle entendait ainsi signifier que l’animal ne pouvait plus être appréhendé comme un objet, mais comme un être agissant et interagissant avec l’homme. En réalité, l’anthropologie a toujours considéré la nature et les animaux dans son champ d’étude puisque toute société entretient avec eux des relations réelles ou idéelles, et que de ce fait, ils sont qu’ils sont ainsi partie intégrante des communautés humaines. Force est de constater néanmoins que les animal studies ont largement ouverts les Sciences Humaines à l’exploration des relations entre les hommes et les animaux. Continuer la lecture de Animal, animalité, bestialité dans les images médiévales

Appel à communications :“Unruly Iconographies? Examining the Unexpected in Medieval Art.”

9 Novembre 2024

The Index in Medieval Art, Princeton University

Unruly Iconographies? Examining the Unexpected in Medieval Art

Modern study of medieval iconography inevitably entails grappling with exceptions and the rupture of expectations. No sooner might scholars settle on an expected visual formula—Cain killing Abel with his farmer’s hoe, Saint George riding his snowy steed—than we’re pulled up by an image that flouts those rules. In the fifteenth-century Alba Bible, Cain sinks his teeth directly into his brother’s neck, arguably in reference to Jewish exegesis, while in some Byzantine and post-Byzantine icons of St. George, a small boy carrying a cup rides with the saint, inspiring a semi-serious modern tradition concerning George’s love of coffee. Other iconographic traditions seem to emerge out of the blue, as did the distinctive type known as the Virgin of Humility, which flowered suddenly in Mediterranean cities in the 1340s. Such unruly iconographies both intrigue and disappoint us: they engage yet disobey our expectations, and we are left to wonder why. Continuer la lecture de Appel à communications :“Unruly Iconographies? Examining the Unexpected in Medieval Art.”

Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search